Nos engagements,
nos limites,
nos actions

Chez Promus, nous proposons à nos clients des produits alimentaires frais, de qualité, et issus de production locale au maximum. Nous faisons au mieux mais nous savons qu’il nous reste beaucoup de travail.

Et parce que la transparence crée la confiance (c’est notre point numéro 2), nous centralisons ici nos 8 convictions, ce que nous faisons et ce qu’il nous reste à faire.

1. Local

Nous sommes convaincus qu'il est indispensable de relocaliser l'approvisionnement de nos villes. Rapprocher les producteurs et les consommateurs permet de mieux se comprendre, de responsabiliser tout le monde pour améliorer le système alimentaire (voir notre manifesto).

Aujourd'hui, tous les produits essentiels pour nos clients ne sont pas disponibles localement (fromages ou citrons par exemple). Or, nos clients n'ont pas le temps pour multiplier leurs canaux d'approvisionnement.

C'est en permettant de tout commander (y compris certains produits spécifiques non locaux) en une fois et en mettant en avant les producteurs locaux, que nous enclenchons une dynamique locale. Aujourd’hui, plus de 95% des fruits et légumes que nous livrons ont parcouru moins de 100 kilomètres.

Nous livrons toujours au plus près. En fonction des retours de nos clients, nous travaillons avec nos producteurs pour relocaliser certaines productions.

Notre action aujourd’hui

  • Proposer le produit le plus local possible et être transparent sur l'origine.
  • Travailler avec les acteurs du territoire grâce à des partenariats avec les chambres d'agriculture.
  • Contacter les nouvelles installations et productions pour les accompagner dans une démarche locale.
  • Accompagner les coopératives pour adapter la production de leurs adhérents à la vente locale.
  • Éduquer nos clients sur les saisonnalités de nos producteurs.

Nos limites

  • Connaître toutes les productions d’un territoire et nouer des relations avec les producteurs prend du temps
  • Certains produits aujourd’hui considérés comme indispensables dans les cuisines ne sont pas présents dans un territoire donné (ex. citron en Pays de Loire) ou en trop petites quantités pour avoir un prix accessible pour nos clients professionnels.

Notre action demain

  • Simplifier la lisibilité des saisons pour nos clients
  • Mettre en avant les spécificités des territoires et ses capacités de production
  • Relocaliser la production agricole consommée par le territoire sur le territoire, en volume et en qualité.
    Cela nous semble prioritaire pour les productions largement importées (patate douce, kiwi) mais c’est tout aussi vrai pour des produits français qui parcourent encore trop de kilomètres alors qu’ils pourraient être produits à moins de 100km de leur lieu de consommation.

2. La transparence

Nous devons à nos clients d’honorer par tous les moyens la commande passée, ce qui peut nous amener à trouver les produits auprès de plusieurs producteurs. Dans ce cas, nous l’informerons en amont de la livraison du manque de produits locaux et nous trouverons ensemble la bonne solution.

Nous restons toujours transparents sur la provenance du produit.

Notre action aujourd’hui

  • Pour les Fruits & Légumes
    Toujours privilégier le local. Si un produit marqué comme local venait à manquer sur l’une de nos commandes client, nous lui proposerons le premier producteur connu sur le territoire français ou un produit de substitution.
  • Pour la viande et la volaille
    Garantir un bassin d’élevage par département en partenariat avec des ateliers d’abattage et de transformation locaux.
  • Pour la crémerie, le beurre, le fromage
    Travailler en priorité avec des unités de production locales, soit directement chez les éleveurs laitiers équipés d’une laiterie ou via des outils de transformation coopératifs. Nous garantissons un bassin de production du lait d’une région en adéquation avec les capacités de transformation de celle-ci.

Nos limites

  • Pour les Fruits & Légumes
    En raison du paysage agricole français et des contraintes liées au climat, nous devons, pour assurer une régularité dans nos approvisionnements, avoir recours à plusieurs producteurs pour certains produits, donc plusieurs provenances.
  • Pour les produits carnés issus de gros animaux et la crémerie
    Du fait des contraintes d’équilibre matière (il n’y a pas que des côtes de bœuf sur un animal !) nous ne pouvons garantir toujours le même éleveur d’une commande à l’autre. C’est également le cas pour la crémerie qui par manque d’outillage nécessaire à la transformation et au conditionnement de certains produits laitiers (beurre, crème fraîche, etc..) nous incite à travailler avec des regroupements de producteurs organisés autour d’outils de transformation communs.

Notre action demain

  • Pour les Fruits & Légumes
    Développer le réseau de producteurs locaux partenaires pour avoir plus de solutions de substitution locales.
  • Pour la viande et la volaille
    Pour la viande, travailler avec nos différents clients sur leurs besoins et ainsi pouvoir commander des bêtes complètes directement à l’éleveur. Dans la mesure du possible, travailler l’abattage directement à la ferme.
  • Pour la crémerie, le beurre, le fromage
    Augmenter les capacités de production et transformation à l’échelle des territoires grâce à des laiteries plus petites et plus locales.

3. Pratiques agricoles

L'agriculture est le troisième poste d'émissions de gaz à effets de serre de la France. C'est également le premier secteur à ressentir les effets des changements climatiques. Nous avons fait le choix d’utiliser tous les moyens à notre disposition pour réduire au maximum l’impact écologique des nouveaux circuits de proximité alimentaires.

Nous privilégions autant que possible les produits issus d'exploitations biologiques ou dans une démarche agro-écologique aboutie. Nous ne pouvons pas aujourd'hui proposer des produits uniquement bio mais nous voulons aider ceux qui ne sont pas dans ces démarches à s’inscrire dans les nouvelles politiques agricoles, plus respectueuses de l’environnement.

Notre action aujourd’hui

  • N’utiliser que les acteurs locaux qui ont des pratiques aux normes, françaises et contrôlées, cela donne une assurance par rapport à des produits d’imports
  • Privilégier les productions labellisées bio ou en agriculture raisonnée (~25% de nos producteurs sont labellisés bio, nos maraîchers pratiquent une agriculture raisonnée)
  • Créer une relation de confiance et de proximité avec nos producteurs
  • Être transparent avec nos clients sur les méthodes de production (via les fiches d’information producteur sur notre plateforme)

Nos limites

  • La variété de produits et les capacités de production en bio sont encore trop limitées
  • Il est aujourd’hui difficile de mesurer les actions de durabilité des producteurs. Plusieurs critères sont en jeu et nous ne saurions être le bon arbitre.
  • Nous n'avons pas encore réussi à intégrer le bien-être animal dans nos critères de durabilité.

Notre action demain

  • Relocaliser la production alimentaire et proposer de nouvelles cultures, en lien avec la demande locale et la capacité de production du territoire.
  • Accompagner des producteurs dans des démarches « durables » plus ancrées dans leur environnement immédiat, favorisant la biodiversité, la régénération des sols, en les aidant notamment dans le financement ou sa mise en place.
  • Rendre visibles les transformations des producteurs aux citoyens en ouvrant aux citoyens du territoire leurs exploitations, en présentant leurs métiers dans les écoles, en les faisant rencontrer les chefs de cuisines collectives.
  • Favoriser l’emploi local agricole créé grâce aux nouveaux débouchés locaux proposés par Promus.

4. Accessibilité

Pour changer le système actuel et avoir un impact important, les produits que nous distribuons ne doivent pas être trop chers. D'un autre côté, nous ne pouvons pas construire un système durable sans nous assurer que les producteurs sont justement rémunérés pour leur travail.

Notre action aujourd’hui

  • Nous travaillons majoritairement avec des prix d’achats fixes et des contrats long terme avec nos producteurs.
  • Nous ne voulons pas représenter plus de 30% du chiffre d'affaire de nos producteurs pour éviter les situations de déséquilibre dans les négociations.
  • Nous limitons les stocks réfrigérés pour diminuer les pertes de produits.

Nos limites

  • Nous nous inscrivons dans le marché de l’alimentation, hyper concurrentiel et mondialisé.
  • Les prix professionnels changent toutes les semaines voir tous les jours.
  • La contrainte de prix pour nos clients professionnels, et par cascade pour le consommateur, est réelle quand bien même nous proposons des produits locaux.
  • Nous ne pouvons pas écraser notre marge commerciale sous peine de mettre en péril notre entreprise.

Notre action demain

  • Proposer des contrats plus long terme pour permettre aux producteurs locaux de ne plus subir la volatilité des prix de marchés Européens et mondiaux.

5. Intermédiaires

Nous sommes persuadés que la démocratisation du local ne pourra se faire sans intermédiaire. Les producteurs et la restauration sont des mondes très différents, avec des contraintes souvent opposées (commande veille pour lendemain, rupture très compliquée à gérer…). Notre travail d’intermédiation permet à chacun de se concentrer sur son activité et de la développer.

Notre action aujourd’hui

  • Nous sommes le seul intermédiaire commercial quand nous vendons aux restaurants ou à la restauration collective
  • Garantir la transparence du producteur et la provenance du produit

Nos limites

  • Lorsque nous vendons à des épiceries ou supermarchés, nous sortons du cadre du circuit court. Un deuxième intermédiaire commercial vient se glisser entre le producteur et l’acheteur final.

Notre action demain

  • Offrir toujours plus de transparence sur les origines et le chemin parcouru par les produits

6. Transport

Le transport en circuit-court peut émettre jusqu'à 10x plus de gaz à effets de serre que les circuits de distribution mondiaux. Chaque circuit de distribution est isolé, ce qui empêche d'optimiser les flux (beaucoup de camionnettes à moitié remplies à l'aller et complètement vides au retour).

Notre action aujourd’hui

  • Mutualiser la logistique pour diminuer le nombre kilomètres parcourus et réduire les émissions de CO2
  • Utiliser au maximum des véhicules de dernière génération (EURO6, Électrique) quand ils sont disponibles et adaptés.
  • Choisir le réseau de transport le plus optimisé pour réaliser nos livraisons (internalisés ou externalisés)
  • Limiter au maximum les stocks pour éviter les pertes

Nos limites

  • Nous aurons toujours besoin de moyens de transport pour assurer les livraisons ainsi que d’entrepôts réfrigérés pour stocker

Notre action demain

  • Créer des partenariats avec des constructeurs pour n’utiliser plus que des transports n’émettant aucun rejet nocif.
  • Rendre nos chambres froides autonomes en électricité avec l'énergie solaire.

7. Emballages

Le métier de la distribution implique d’ajouter des sur emballages, essentiellement pour des raisons de sécurité alimentaire et de garantie de maintien des produits pendant le transport. Même si ces emballages sont nécessaires, il faut les limiter au maximum.

Notre action aujourd’hui

  • Quand c'est possible, nous récupérons les contenants pour réutilisation, tri ou déchet
  • Avoir une politique de conditionnement standard pour intégrer un système de consigne très rapidement

Nos limites

  • Tous nos clients n'ont pas assez de place pour stocker des contenants sous consigne le temps que nous les récupérions
  • Les contenants consignés doivent être lavés et la gestion du parc représente un coût important que nous ne pouvons pas assumer seul

Notre action demain

  • Augmenter la part de contenants réutilisables
  • Utiliser systématiquement nos véhicules pour récupérer des emballages, des déchets composables etc… sur les différentes adresses livrées.
  • Nous associer à des entreprises offrant de nouvelles solutions de recyclage de déchets : Bio déchets et compost

8. Qualité

Nous sommes persuadés que les valeurs et les prix ne sont pas suffisants pour changer le système. La qualité doit impérativement être au rendez-vous pour fidéliser nos clients ayant fait un premier pas vers le local.

Notre action aujourd’hui

  • Limiter l'utilisation de stocks pour garantir une extrême fraicheur
  • Remonter systématiquement les retours de nos clients aux producteurs
  • Retirer du catalogue des produits qui ne répondent pas aux exigences de nos clients
  • Contrôler visuellement l’ensemble des produits livrés

Nos limites

  • Nous ne pouvons (malheureusement) pas goûter tous les produits.

Notre action demain

  • Intégrer un système de retours directs par nos clients vers les producteurs